Hernani est apaisé !

 

Enthousiasmant !

Cette pièce de l'éminent Hugo qui a tant fait parlé d'elle au 19ème siècle et qui a véritablement déclenché le mouvement romantique est reprise avec brio par la troupe de la Comédie française. Le décor est épuré voire minimaliste mais cela met en valeur toute la force de l'alexandrin libre et le talent des acteurs.

L' étonnante disposition de la salle permet de refléter le modernisme et le choc de ces jeunes Romantiques prêts à tout pour renouveler la littérature. En effet, deux blocs de sièges se font face avec pour seule séparation la scène ; ainsi, on a l'impression de se trouver devant un miroir, miroir qui pourrait refléter la quête d'identité et la dualité de la pièce.

Toute la troupe est habillée dans le style de l'époque du 16ème siècle qu'ils représentent, chose primordiale pour permettre l'ancrage dans un temps qui ne peut pas être mis en valeur par le décor.

Dès le premier vers, nous entendons siffler les gémissements des classiques et l'exaltation de la jeune génération qui est éprise de souffle de liberté, la bataille d' Hernani s'offre à nous 200ans après là où elle a commencé ! Ainsi, l'émotion historique rejoint celle de la beauté du vers.

Tous les acteurs sont formidables et semblent se compléter de façon surprenante. En effet, l'ironie est apportée par Françoise Gillard jouant Dona Josepha, la noblesse par Bruno Raffaelli jouant Don Ruy Gomez de Silva, la corruption par Jérome Pouly jouant Don Carlos, la fidélité par Jennifer  Decker jouant Dona Sol de Silva et enfin l’héroïsme par Félicien Juttner jouant Hernani.

Cependant, même si Hernani domine la pièce, premièrement par le nom qu'a donné Hugo à son œuvre, ensuite par la vengeance qui l'anime, la vraie héroïne ne peut être que Dona Sol .

Dona Sol qui se retrouve avec trois soupirants à ses pieds, Dona Sol qui, fidèle à sa parole et à son cœur, refuse l'amour, les titres et la richesse d'un roi pour un banni sans fortune. Dona Sol qui pousse son oncle à accepter Hernani, Dona Sol qui sauve son amant du terrible sort que lui réserve la toute puissance du roi, Dona Sol qui arrive au bonheur mais qui accepte le malheur pour l'honneur de son époux. C'est elle enfin qui permet à Hernani de tenir sa promesse en se suicidant avant lui et lui donner la force de respecter jusqu' au bout ses engagements ! Cette femme par son amour et sa confiance sans borne va permettre l’accomplissement de chacun des hommes de la pièce : le roi va devenir empereur, Hernani va révéler son nom et garder son honneur, le marquis va respecter ses ancêtres. Ainsi, en plus d'être un tournant majeur dans la littérature, cette pièce, féministe du début à la fin,  donne une vision héroïque et active de la femme forte et amoureuse.

 

Cette mise en scène de Hernani de Victor Hugo par Nicolas Lormeau est donc une réussite triomphante sur tous les plans ; le metteur en scène fait un clin d’œil non négligeable à la fin à Roméo et Juliette de Shakespeare, auteur repère pour les Romantiques. Enfin, le perfectionnement est atteint par la voix grave d'un homme (Thierry Hancisse) qui, au début de la pièce et à chaque acte lit les recommandations de Victor Hugo tant sur le drame romantique que sur le décor qu'il avait imaginé ; c'est certain, ce soir-là, Hugo était avec nous pour le triomphe d' Hernani et des gilets rouges !

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                     Haude LE ROUX

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 25/02/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site