Degas et le Nu

   Une Nudité sans dégats...

 

Nous connaissions les fameuses et éternelles danseuses de Degas, cependant c'est par l'apprentissage du nu que Degas se lance et trouve son coup de crayon si particulier. C'est donc tout naturellement que le Musée d'Orsay a décidé de consacrer cette exposition à un art peu connu du peintre français, la technique du nu, dont l'évolution permet à elle seule de retracer sa riche carrière.

C'est comme apprenti que Degas se lance dans le nu, formation nécessaire et essentielle au XIXème siècle pour tout artiste. Mais très vite, il délaisse les canons de l'Antiquité imposant une idéalisation des formes pour se consacrer à la figure contemporaine, plus réelle et ainsi faire de son art un moyen de se rapprocher de son temps.

L'exposition nous présente trois moments bien distincts et différents de sa vision du nu.

 

En première partie, les esquisses et dessins de Degas apprenti copiant des œuvres de grands maîtres tels que l'esclave mourant de Michel-Ange sont montrés aux yeux du public. Puis la deuxième partie constitue une rupture avec le passé où Degas, en recherche de modèle contemporain, se lance dans l'exploration des maisons closes de la capitale. Sujet moderne par excellence car au cœur des questions hygiéniques et sociales de son temps, ses dessins scandalisent le public. L'avant-garde de Degas se confirme ici car ce sujet certes polémique inspirera peu après Maupassant ou encore les frères Goncourt montrant les mœurs de leur époque.

Au corps exploité succède le corps observé et exposé, thème naturaliste par excellence dans lequel Degas s'inscrit alors. Souhaitant une reproduction sincère de son époque, Degas met en scène le corps féminin dans des cabinets de bain très modernes pour l'époque. Il représente alors des femmes au sortir du bain ou s'épongeant dans un éclairage tamisé presque artificiel où l'exercice artistique intemporel laisse place à un corps déshabillé reconnaissable et donc inconvenant pour la foule. Cependant, aucune vulgarité ne ressort de ces esquisses au fusain ou au pastel, la proximité charnelle est douce, paisible, pleine de poésie où les formes féminines apportent une grande sensualité.

 

Rendant donc hommage à un des plus grands virtuoses de l'utilisation de la technique du nu, cette exposition nous permet aussi de comprendre la place prééminente de Degas dans les développements de l'art du XIXème et du début XXème, véritable trait d'union entre la tradition et les prémices de l'art moderne que poursuivront Matisse et Picasso.

 

 

H.Le Roux et T.Raffray

 

 

 

 

 

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 25/02/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site